Manifestation unitaire le 1er octobre – tract d’appel à manifestation

stripped_Sans titre-3


PDF imprimable noir et blanc

Alain Soral à Rennes ? Hors de question !

Le 1er octobre, l’association d’extrême-droite Égalité & Réconciliation organise une conférence conjointe d’Alain Soral et Hassan Iquioussen à Rennes.

Ancien membre important du FN, au comité central duquel il a siégé en 2007, Alain Soral s’est lancé dans une quête qui pourrait faire sourire tant elle paraît incroyable : amener la population française d’origine immigrée à voter Front National.

Cet apparent mélange des genres masque un propos qui, s’il est à la fois brumeux et fluctuant, conserve l’essentiel des caractéristiques de l’extrême-droite française classique. Quelques simples citations du personnage devraient suffire à le positionner politiquement une bonne fois pour toutes.

Raciste : quand Soral n’est pas en train de s’en prendre aux maghrébins et aux africains (« on ne dira jamais assez à quel point la maghrébisation, l’africanisation […] de la France ont fait baisser vertigineusement le niveau de civisme et de civilité de la population française »1 ) ou de s’attaquer aux gens du voyage (« le pittoresque voleur de poules [s’est transformé] en braqueur surarmé réputé pour son goût du sang »2 ), c’est parce qu’il est trop occupé à expliquer à qui veut l’entendre que les juifs veulent dominer le monde.3

Sexiste : dans Sociologie du dragueur, Alain Soral se complait au fil des pages dans la plus écœurante misogynie, quand il ne qualifie pas tout simplement les violeurs de « malheureux » ayant échoué par manque de technique à faire dire « oui » à sa victime du sexe opposé.4 Un sexe qu’il inventorie ainsi dans son ouvrage : mères, jeunes filles, pétasses, bonniches, bourgeoises, folles (mystiques et salopes), femmes de trente ans, dragueuse, flippées, travailleuses et autres féministes. Histoire d’être bien clair : « [p]uisque vous savez maintenant que pour l’amener au plaisir il fallait la forcer un peu, pourquoi changer de méthode à deux doigt du bonheur ? [...] plus vous entrerez sèchement, plus votre sentiment de la pénétrer sera fort […] quant à elle, son plaisir étant parent de la douleur, croyez qu’elle appréciera aussi ce surcroît de virilité. ».5

Homophobe : au « macho » qu’il réhabilite, en tant qu’« homme qui respecte sa mère, qui protège sa femme et se sent responsable de ses enfants », Alain Soral oppose « les demi-fiottes d’aujourd’hui »6 véhiculant « le sida, maladie d’enculés ».7 Plus enclin à taper sur les homosexuels hommes, il n’oublie cependant pas les lesbiennes en parlant d’ « [h]ommasse névrosée qui passe son temps à reprocher aux hommes le peu de féminité qui leur reste ». ((Jusqu’où va-t-on descendre ?, op. cit., p. 150.))

Néo-libéral : dans Comprendre l’Empire, Soral se lance dans une violente charge contre les chômeurs, qu’il qualifie de « parasites » et de « rentiers du bas » vivant dans l’oisiveté au détriment de « la classe moyenne productive, la plus ponctionnée par l’État ».8

Alors quoi ? On s’embrasse ?

Soral et sa clique appellent de leurs vœux une ridicule « réconciliation nationale » entre population d’origine immigrée et FN, mais donnent en parallèle dans leurs écrits la liste des victimes réelles de ce petit jeu : Juif ou Arabe, lesbienne ou homosexuel, femme, pauvre, immigré …

À l’heure où les idées du Front National paradent déjà largement à l’Élysée, il est plus que jamais nécessaire de dénoncer systématiquement l’extrême-droite. La « réconciliation » qu’elle propose n’est qu’une division des classes populaires : face aux attaques du gouvernement et du patronat, c’est collectivement et  par la solidarité internationale que nous devons répondre.

Parce que nous sommes antiracistes, parce que nous sommes antisexistes, parce que nous croyons que chacun est libre de son orientation sexuelle et, surtout, car nous sommes contre le projet de société proposé par l’extrême droite, nous nous opposons à la venue d’Alain Soral à Rennes.

Parce que nous refusons que racisme et xénophobie soient utilisés pour détourner notre attention du terrain des luttes sociales, nous appelons à un large rassemblement antifasciste, au-delà de ce simple événement ponctuel.

Parce que nous savons que seul le mouvement social permet de lutter efficacement contre les racines de la xénophobie nous appelons tous ses acteurs à nous rejoindre pour ne céder ni ici, ni ailleurs, le moindre pouce de terrain à l’extrême-droite.

Contre toutes les extrême-droites

Manifestation unitaire

Le samedi 1er octobre à 17h00 place de la mairie à Rennes

Premiers signataires : Collectif Antifa Rennais, Alternative Libertaire Rennes, Association France-Palestine Solidarité – comité rennais,  Breizhistance Roazhon, UL-CNT35, groupe La Digne Rage (Fédération Anarchiste), Europe Ecologie – Les Verts de Rennes, Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique, Jeunes Communistes 35, Jeunes Ecologistes Rennes, Mix-Cité, Mouvement des Chômeurs et Précaires en Lutte, NPA, RUSF35, SLB, La Souris Verte, Sud-Education 35, SUD-Rail35.

  1. Alain Soral, Abécédaire de la bêtise ambiante, Jusqu’où va-t-on descendre ?, Pocket, Paris, 2003, p. 42. []
  2. Ibid. p. 149. []
  3. Pour une allusion évidente à la prétendue volonté des juifs de dominer le monde – c’est nous qui soulignons -, voir Alain Soral, Comprendre l’Empire, Éditions Blanche, Paris, 2011, p. 72 : «Pilotés de New York, habités d’une idéologie faite de volonté de puissance, de violence destructrice et de mépris social puisé à l’Ancien testament, c’est cette vision du monde et ce processus que nous appelons : Empire.» []
  4. Alain Soral, Sociologie du dragueur, Editions Blanche, Paris, 1996, pp. 110 et 113. []
  5. Ibid. p. 113. []
  6. Jusqu’où va-t-on descendre ?, op. cit., p. 161. []
  7. Sociologie du dragueur, op. cit., p. 88. []
  8. Comprendre l’Empire, op. cit., p. 142. []


Les commentaires sont fermés.

5bdc384f6a66335df70c35378678ddae7777777