Attaques racistes sur un camp de migrants (bis)

20150820aggressionsomaliensbandeau

Attaque de nuit sur des tentes à coups de couteaux.

Nous reproduisons plus bas le communiqué d’Un Toit c’est Un Droit.

Cette année comme l’an passé, un camp de migrant a été attaqué à Rennes. Il est à noter que trois jours après la première attaque décrite plus bas, de nuit là encore, les migrants ont été caillassés dans leur sommeil. Une fois de plus, après que la Justice et la police aient fait ce qui était en leur pouvoir, ce sont les nazis qui finissent le sale boulot de harcèlement pour l’État et la mairie dite socialiste de Rennes.

Début septembre donc, après avoir été physiquement attaqués par les fascistes, les migrants qui squattent les Gayeulles seront expulsés de nouveau par l’appareil politico-judiciaire d’une gauche qui n’en a plus que le nom. L’affligeante banalité de l’abjection.

En attendant, nous nous associons à l’appel d’Un Toit c’est Un Droit et invitons toutes les rennaises et rennais que la nausée saisit face à cette politique de la matraque et du couteau à nous rejoindre le vendredi 28 août à partir de 19 H au Parc des Gayeulles pour un pic-nic. Le camp se trouve à proximité immédiate du camping et des terrains de foot du parc.

Le Collectif Antifasciste Rennais.

La Ville de Rennes demande l'expulsion du campement des Gayeulles

Plus personne ne peut désormais faire seulement semblant d’ignorer la situation catastrophique que vivent les migrants, et, avec un peu d’efforts, on arrive même à en analyser les causes et la part de l’Occident. Pourtant, au nez de ceux qui réchappent de la traversée mortifère des Sud, de la route éreintante et dangereuse des Balkans, des divers culs-de-sac et impasses hérissées de murs et d’obstacles, les portes de l’Europe entière claquent. De Calais à Vintimille en passant par Paris, la France s’arcboute sur une diagonale du refus et de l’exclusion qui traverse aussi Rennes. Ici, le CRA se remplit et se vide au rythme d’arrivées nombreuses et tardives, de formalités expédiées dans l’urgence et de migrants expulsés sans délais. Un désespéré  s’est mutilé, mais pour ceux dont la mutilation est juste mentale et qui se taisent à l’unisson, il est important de récapituler les derniers faits d’été qui déshonorent la capitale bretonne.

10 juin 2015 : Le squat de Thorigné-Fouillard est évacué laissant une vingtaine de demandeurs d’asile somaliens sans solution de relogement. Ils passent leur première nuit d’errance au “40 m cube», un squat désaffecté d’où ils sont chassés dès le lendemain matin.

11 juin 2015 : Un camp de fortune est dressé dans l’urgence au cœur de Rennes devant le théâtre du Vieux Saint Etienne.

13 juin 2015 : Les demandeurs d’asile somaliens sont tous relogés dans le dispositif hôtelier par les services de l’Etat, pour une durée indéterminée…  Après 15 jours de mise à l’abri, ils sont remis à la rue.

29 juin 2015 : Nouveau camp de fortune dressé devant le théâtre du Vieux Saint Etienne.

3 juillet 2015 : La police évacue manu militari le campement et confisque le matériel.
Les demandeurs d’asile somaliens tentent alors d’investir un squat à Chartres de Bretagne où quelques compatriotes ont trouvé refuge depuis avril 2015, mais la gendarmerie s’y oppose. Philippe Bonnin, maire de Chartres de Bretagne, leur ouvre une salle municipale pour les accueillir durant le week-end.

6 juillet 2015 : Après des négociations infructueuses avec la Ville de Rennes et la préfecture, un nouveau campement est implanté dans le parc des Gayeulles.

Campement Gayeulles

24 juillet 2015 : La Ville de Rennes, propriétaire de la parcelle occupée dans le parc des Gayeulles, saisit la juridiction administrative et demande l’expulsion de tous les occupants :

Audience au TA le 4 septembre 2015 à  10 h

13 août 2015 : Dans la nuit du 12 au 13 août, 3 demandeurs d’asile somaliens sont victimes d’une agression vers 4h : “2 tentes ont été lacérées pour y introduire un liquide irritant et nauséabond, type lacrymogène, provoquant de vives brûlures au niveau des yeux et des irritations sur tout le corps” selon le PV de la police.
Les 3 victimes ont été très choquées par cet acte lâche et haineux en plein sommeil, qui rappelle l’agression raciste déjà subie l’été dernier par les migrants qui occupaient alors un terrain à Cleunay. Une plainte a été déposée.

Tente lacérée 1

Tente lacérée 3

C’est le même scénario qu’en 2014. Un campement de fortune est dressé début juillet au coeur de Rennes pour faire face à l’urgence. Les migrants y survivent dans des conditions très précaires et sont victimes d’une agression. La seule réponse des pouvoirs publics est une demande d’expulsion sans solution de relogements.

Pour soutenir ces hommes lâchement agressés dans leur sommeil, pour refuser cette haine rampante qui fait le lit d’autres haines et exiger des conditions d’hébergement dignes pour tous, un pique-nique est organisé

le vendredi 28 août à partir de 19 H au Parc des Gayeulles.

C’est un été ensoleillé qui s’achève dans une torpeur inquiétante. Mais c’est surtout un sale été, un été meurtrier qui nous fait appréhender l’automne et l’hiver qui suivront en Europe, en France, en Bretagne aussi.



Les commentaires sont fermés.