Pontivy : rassemblement contre les idées d’extrême droite

2015-12-19-affiche_pontivy


PDF imprimable PDF imprimable noir et blanc PDF imprimable noir et blanc

Contre les idées de l'extrême-droite, à Pontivy le samedi 19 décembre à 14h !

Le 14 novembre dernier, au lendemain des attentats meurtriers de Paris, l’extrême droite la plus radicale a manifesté à Pontivy contre l’accueil des réfugié.e.s.

Les slogans haineux ont vite dérivé de « Dehors les immigré.e.s » à « À mort les immigré.e.s ». Des personnes ont été passées à tabac, menacées et poursuivies jusque dans les commerces, pour avoir réagi par des slogans de solidarité ou simplement à cause de leur couleur de peau… Le cortège s’est déplacé jusqu’au Centre d’accueil des demandeurs d’asile. Que serait-il arrivé si celui-ci n’avait pas été vide ?

Le principal instigateur de ces exactions est le parti « Adsav », qui s’affirme nationaliste breton. Mais cet aspect « breton » n’est qu’une coloration de leur idéologie, dont le fondement est avant tout xénophobe.

Cette peur de l’étranger s’insinue bien au-delà de petits groupes radicaux, avec le développement du FN et une grande part du spectre politique qui en reprend les idées. Et les violences qui en découlent sont bien réelles, comme le montre par exemple l’incendie volontaire d’une salle de prière musulmane à Loudéac dans la nuit du 28 au 29 novembre.

Le samedi suivant les violences à Pontivy, 120 personnes se sont réunies au Palais des Congrès pour réfléchir à une réponse à de tels actes, afin qu’ils ne se reproduisent plus. Un soutien aux victimes s’est organisé et des questions ont été posées concernant l’attitude des autorités. Il a de plus été décidé qu’un événement festif et pacifique était la réponse la plus adaptée face au déferlement de la haine, pour rappeler que :

– Les extrémistes religieux qui ont perpétré les attentats de Paris auront gagné s’ils sont la cause d’un repli sur soi identitaire. Ils perdront si nous montrons notre solidarité avec tous/toutes celles et ceux qui souffrent de cette violence aveugle, d’où qu’ils/elles viennent.

– Si la peur nous plonge dans une spirale sécuritaire, il n’y aura plus de libertés à défendre contre les fascismes religieux ou identitaires.

– La culture bretonne n’a rien à voir avec les fascistes. Les breton.ne.s ont été pour beaucoup des réfugié.e.s économiques en France, en Amérique ou ailleurs. Les artistes qui font vivre la culture bretonne l’enrichissent en la métissant.

Manifestation pour une Bretagne ouverte et solidaire
Pontivy – 19 décembre 14h – Square Lenglier (derrière la mairie).

Signataires : UD-CGT-56, FSU Bretagne, CNT interpro-Brest, Solidaires 56, SLB 35, Alternative Libertaire 35 et 56, Collectif Antifasciste Rennais, Choisir nos régions, Ensemble 56, PCF56, NPA35, PG56, République et Socialisme 56, gauche indépendantiste (Bretagne en lutte), UDB, ATTAC56, Muzillac, DAL56, DAL35, AI’TA, ATTAC 22, Gast, Citoyens contre le FN, La Ligue des Droits de l’Homme, Jerald Ar Gov.

Texte lu sur place par le Collectif Antifasciste Rennais.

1 - Retour sur les élections régionales

Suite aux élections régionales de la semaine dernière, nous ne pouvons que constater  l’implantation des idées d’extrême-droite, au vu des scores malheureusement historiques du FN. Même si la Bretagne paraît épargnée au premier regard, on s’aperçoit, en comparant les chiffres des dernières élections, que les votes frontistes, et les idées xénophobes et réactionnaires qui les accompagnent, augmentent de façon considérables.

En effet, en 2010, Jean-Paul Félix, liste FN, obtenait 67 895 voix au 1er tour des régionales.1 En 2015, son successeur, Gilles Pennelle, obtient quant à lui, 246 177 voix au second tour.2 Soit une augmentation de plus de de 250 %.

Au niveau national, le FN totalisait 1 943 307 voix au second tour des régionales en 2010.3 Aujourd’hui, le nombre de votants pour les candidats FN, dépasse les 6 820 000.4 À noter également qu’en Guadeloupe et à La Réunion, des listes FN apparaissent dans le paysage politique avec des scores de 1 à 2,5 %.

Si le parti de la dynastie Le Pen n’obtient aucune présidence de région, en revanche le nombre de ses sièges dans les différents conseils passe de 118 à 358.5 En Bretagne le FN obtient 12 sièges là où il n’en avait aucun.6

2 - Quelles autres organisations en Bretagne ?

Nous allons revenir brièvement sur Adsav et les différentes structures d’extrême droite bretonnes, qui sont la raison de notre présence aujourd’hui. Certaines ont disparu mais les connaître permet de mieux cerner l’évolution de l’extrême droite en Bretagne ces dernières années.

Adsav

Fondée en 2000 par Patrick Montauzier, Adsav est une organisation se revendiquant indépendantiste bretonne, héritière des collaborateurs bretons pendant la seconde guerre mondiale. Ses références explicites y sont extrêmement nombreuses, à commencer par l’utilisation de drapeaux similaires. Adsav s’oppose en théorie au FN considérant que le nationalisme jacobin du FN s’oppose de facto a son projet politique.

Elle fait partie de ces organisations qui se retrouvent dans la théorie conspirationniste du Grand Remplacement, selon laquelle il existe un processus qui consiste à remplacer le peuple européen blanc par des populations non-européennes, originaires d’Afrique noire et du Maghreb. Cette opération est d’après elles pilotée par nos élites et par l’ONU qui haïraient les européens indigènes, et souhaiteraient leur asservissement et leur mort. Renaud Camus, concepteur et développeur de cette thèse déclare en avoir choisi le nom en référence… à Bertold Brecht !7

En 2008, Adsav s’est présenté aux cantonales. Sur le plan économique son programme officiel   ressemble à un copié-collé de celui du MEDEF : « favoriser la création d’entreprises », « assurer la liberté d’initiative et supprimer les contraintes administratives », « réduire le plus possible les charges des entreprises », « assouplir la réglementation sur le temps de travail, éviter toute réglementation rigide généralisée », etc.8

Groupusculaire dès son origine, une bonne part de ses adhérents est recrutée dans le milieu skinhead néonazi. On peut citer comme exemple connu le briochin Éric Alhinc, qui a joué dans le groupe de musique Bretonische Waffenverband, du nom de l’unité nazie bretonne qui a fini dans la division francophone Charlemagne de la Waffen SS. Cet homme a été trésorier de la liste UMP de Trégueux conduite par la conseillère régionale Danielle Jegou, sans que ce parti n’y trouve d’ailleurs rien à redire, malgré ses tatouages représentant Pétain ou le chiffre 88 signifiant Heil Hitler.9

Sans qu’il soit exhaustif, voici un rappel de leurs actions les plus récentes.

En 2011.

À Rennes, Adsav défile contre la pièce de l’Italien Romeo Castellucci, « Sur le concept du visage du fils de Dieu » sous les drapeaux tricolores, aux côtés entre autre des Jeunesses Nationalistes françaises de Gabriac, conseiller Rhône-Alpes, exclu du FN pour sympathies pro-nazi trop voyantes.10

À Rennes encore, ils dégradent les locaux du centre d’enseignement de la langue bretonne.11

En 2012.

À Pacé, ils cosignent avec Jeune Bretagne et Résistance Républicaine, un appel à défiler de façon musclée pour fermer un squat et exiger l’expulsion des 300 demandeurs d’asile dont 80 enfants qui y habitent.12

En 2013.

À Chartres-de-Bretagne, lors d’une conférence des identitaires de Jeune Bretagne, Ronan Le Gall représentant Adsav est présent au coté des différentes organisations fascistes assumées dont Casapound (organisation politique italienne souhaitant incarner un « fascisme du troisième millénaire »), 3ème Voie, avorton des JNR de Serge Ayoub alias Batskin impliquée dans l’assassinat de Clément Méric, ou encore Riposte Laïque, connue pour avoir co-organisé avec le Bloc Identitaire en juin 2010, un rassemblement d’extrême droite à Paris dit « apéro saucisson pinard ».13

En 2015.

À Vannes, le 25 avril, marche contre la drogue et l’expulsion des dealers d’origine immigrée.14

À Rennes, le 1er mai, attaque de squatteurs.15

À Brest, en octobre, ils manifestent pour la fermeture de la mosquée, contre l’islamisation de la France.16

Le 25 octobre, ils rendent hommage à Olier Mordrel (collaborateur raciste), pour le 30ème anniversaire de son décès.17

Mordrel prévoyait par exemple dans son programme, cité par Adsav sur son propre blog : « l’exclusion des étrangers, et, particulièrement des races latines et de couleur de tous les postes responsables de la vie publique. Exception prévue pour le cas des hommes de race nordique ».18

Et à Pontivy, comme vous le savez, le 14 novembre dernier, le lendemain des attentats, ils défilent contre contre les migrants. Terrorisant la ville, ils sont armés de lacrymogènes, bâtons et fusées de détresse. On peut souligner au passage, la solidarité des commerçants qui ont aidé la population, à fuir cette vague de violence et de haine. Adsav envahit ensuite un Centre d’Aide aux Demandeurs d’Asile, heureusement vide à ce moment-là.

Jeune Bretagne

Fondée le 19 août 2008, Jeune Bretagne va essayer dès le début de camoufler ses réelles intentions grâce à un discours confus vaguement régionaliste.

L’organisation prônait la « métapolitique ». C’est-à-dire : agir sur le long terme en diffusant des valeurs et grilles de lecture dans la société. Préparer la prise de pouvoir par tous les canaux possibles sans passer forcément par la tenue d’une position politique. Pourtant, très vite, le vieux fond raciste ressort, malgré une volonté certaine de le cacher.

Même si Jeune Bretagne cesse d’exister en 2014, alors qu’une partie de ses membre rejoint Génération Identitaire, il nous semble important de revenir sur quelques unes de leurs actions passées, son impact n’ayant pas été négligeable sur les dernières années.

En 2009.

En mars  a lieu une commémoration du 66ème anniversaire de l’exécution de l’abbé Perrot dont nous évoquerons le passé juste après. Cérémonie et recueillement au programme.19

En 2010.

Création pour les cantonales d’une liste Bretagne nous avons foi en toi.
Ce nom faisant référence à ce fameux Abbé Pierre Marie Perrot, (Foi et Bretagne) antisémite virulent et collabo, exécuté par la résistance en décembre 1943.20

Pour le compte de Jeune Bretagne, Aurore Pêcheul appelle avec son compagnon Simon Danjou à la tenue d’un « apéro saucisson pinard » à Rennes, qui sera interdit. Sur le blog de celle-ci, supprimé depuis, elle exprimait alors son : « envie de butter toutes ces vermines de négros », et sa haine du « Maroc et tout ces bougnoules ».21

En 2011.

Jeune Bretagne participe à la Marche des Cochons avec toute l’extrême droite radicale lyonnaise, rassemblement émaillé de violences racistes.22

Présents à Luton, au côté de l’English Defense League, Yann Valerie et Mickael Prima, prononcent un discours contre l’islamisation et la racaille musulmane.23

En 2012.

Yann Valérie, écrit un texte en soutient aux agresseurs racistes de Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg.24

À Nantes, ils affichent une banderole contre l’inauguration du mémorial de l’esclavage.25

En Italie, on note la présence de Christophe Daniou à Casapound, un mois après les meurtres de Sénégalais, perpétrés par cette organisation.26

Génération Identitaire

Refondée en 2013, Génération Identitaire maîtrise les réseaux sociaux et les visuels efficaces pour sa communication. Ses intentions sont claires : le groupe appelle à « relever la tête face : à la racaille, à l’uniformisation des peuples et des cultures, aux raz de marée d’immigration massive ».27 Il réclame aussi la fin du droit du sol et du regroupement familial, la fin du métissage et la mise en place d’un haut commissariat de remigration.28

Dans un partenariat amour-haine périphérique avec le FN, Génération Identitaire se met finalement un peu en retrait sur la région, le FN voulant redorer son image et le Bloc étant adeptes de la violence et de la provocation à outrance, cela n’est pas bon pour la communication. Échange de bons procédés, on retrouve par exemple Christophe Pacotte et Arnaud Naudin de Génération Identitaire à la communication de la campagne municipal de Robert Ménard.29 Ou encore le gros bras Philippe Vardon qui entre au conseil régional en PACA sur la liste de Marion Maréchal-Le Pen.30 Plus local, Christophe Daniou se retrouve sur la liste FN des municipales de Rennes et son organisation se tiendra coite durant toute la campagne.31

Depuis le 8 décembre Génération Identitaire semble à nouveau vaguement frémir Rennes après une longue période d’inactivité.32

Pour conclure cette partie.

Ce ne sont pas les seules organisations groupusculaires en Bretagne (on pourrait par exemple évoquer l’Action Française qui a profité à plein de l’effet Manif pour Tous pour gonfler ses troupes déclinantes)33 mais ce sont les plus visibles de part leurs actions et leurs manipulations sur internet. Pour mieux comprendre ces réseaux nous vous invitons à consulter les dossiers présents sur notre site.

Enfin le panorama ne serait pas complet si nous n’évoquions pas brièvement les organes de propagande d’extrême droite bretons que sont Breizh Info, animé entre autre par Yann Valérie ancien des trois organisations dont nous avons parlé auparavant, et Breiz Atao, dirigé par Boris Le Lay, lui aussi ancien militant d’Adsav. Se faisant passer pour un blog de presse gentillet sur la Bretagne, Breizh Info drague le chaland grâce à des articles généralistes pour mieux l’attirer vers les très nombreux autres qui développent les traditionnelles thématiques de l’extrême droite. Breiz Atao quand à lui est un site ouvertement nazi condamné à de nombreuses reprises en justice.34 et appelant quotidiennement à l’attaque des militants de gauche ou des « Juifs ».35

Aucun de ces groupes n’a représenté beaucoup d’adhérents, ces derniers se baladant souvent d’une organisation à l’autre au fil des années. On passe donc sans trop de questionnements politiques de l’extrême droite jacobine française à l’extrême droite indépendantiste bretonne et vice-versa, le socle de ces organisations demeurant constamment le racisme.

Peu d’adhérents donc, dans des structures groupusculaires adeptes de la violence de rue et de la communication provoc’, mais dans un contexte plus large de développement du FN et d’assimilation de ses thèses au sein de la quasi-totalité du spectre politique hexagonal. Les faits qui se sont déroulés à Pontivy ne sont donc pas déconnectés d’un climat national. Un climat qui n’est pas du seul fait de l’extrême droite ou du FN, mais bien de l’ensemble des forces politiques qui ont ces dernières années repris à divers degrés les leitmotivs de l’extrême droite : positionnement anti-immigration, ségrégation économique et socio-spatiale de la population non-blanche, quand il ne s’agit pas de racisme pur et simple – on repensera par exemple à la sortie du champion autoproclamé de la lutte contre le FN, Manuel Valls, lorsqu’il demandait à améliorer l’image de la ville d’Évry en y mettant « quelques Blancs, quelques Whites, quelques Blancos ».36 La politique scandaleuse menée par l’État à l’encontre des migrants à Calais, pourtant condamnée régulièrement par la Justice elle-même,37 participe de cette ambiance délétère. Plus près de chez nous, quand à Rennes des demandeurs d’asile somaliens qui dorment dans les tentes de fortune qu’ils ont planté dans un parc sont agressés en pleine nuit par des nazis, la mairie PS réclame en justice leur expulsion du parc ainsi que leur condamnation pour avoir abimé la pelouse…38 Un an auparavant dans des circonstances analogues, d’autres migrants avaient soufferts des mêmes ignominies. Contactée, la permanence téléphonique des élus de la mairie avait fait savoir sèchement que l’on ne devait la déranger que pour des cas urgents.39 Quand la politique réputée de gauche à ce goût-là, pas d’étonnement à ce que l’extrême droite se sente pousser des ailes.

Mais le contexte, et nous en voyons bien les conséquences diverses aujourd’hui, c’est également celui de l’État d’Urgence.

3 - État d'Urgence

Au prétexte de protéger la nation du terrorisme, le Parti Socialiste s’est doté d’outils de restrictions des libertés, lesquels sont amenés à durer dans le temps.

Après les lois sur le renseignement passées dans la quasi-indifférence générale, (dont la surveillance de masse des communications des français et de millions de personnes à l’étranger, sans aucun contrôle réel), l’État d’Urgence s’ancre peu à peu comme une nécessité tendant à se banaliser auprès de l’opinion public. Son instauration, puis, sa prolongation, ont pourtant été critiquées par la présidente de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme.

Le gouvernement profite de l’occasion et du prétexte terroriste pour museler tout mouvement social contestataire, assigner à résidence les militants écologistes et de gauche, ainsi et c’est extrêmement grave, que toute une partie de nos concitoyens ayant la mauvaise couleur de peau ou la mauvaise religion, sur simple suspicion ou délation.

Alors que tout le monde clame la victoire des urnes de la république face au FN, chacun ferme les yeux sur les nombreuses atteintes portées aux droits de l’homme, et sur le virage autoritaire de cette même « république », aux accents de plus en plus totalitaires.

Le 25 novembre, La France annonce au Conseil de l’Europe qu’elle allait « déroger à la Convention européenne des droits de l’homme »,40 une procédure pour se prémunir d’éventuelles condamnations  de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, bien qu’il est certain que celle-ci jugera avec souplesse les bavures.

Jeudi 19 novembre à l’Assemblée Nationale, sans aucune concertation ni temps de débat, le régime des assignations à résidence, est élargi à toute personne, à l’égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser, que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre public.41 Il devient extrêmement difficile pour un individu, de savoir si ses actions ou son comportement, appellent l’attention des services de police ou de renseignement. L’État fait donc dans le « précrime » à la Minority Report : nous sommes tous coupable de faits futurs, que nous n’avons pas commis, que personne ne commettra, et que personne ne peut prouver que nous commettrons.

Samedi 14 novembre, Laurent Wauquiez,42 Nicolas Sarkozy43 et Marine Le Pen44 proposent de créer des camps d’internement pour les citoyens français ayant une fiche S. Ce projet n’a pas été contredit par François Hollande et Manuel Valls sur le moment, et ils ont d’ailleurs par la suite très sérieusement posé la question de la constitutionnalité de telles mesures au Conseil d’État.45 On peut donc très bien imaginer un Guantanamo à la française.

Les perquisitions sur les systèmes informatiques et équipements terminaux peuvent avoir lieu sur tout équipement informatique, y compris support de stockage. Une telle disposition permet des perquisitions sur d’autres ordinateurs en réseaux. Rien n’est indiqué sur les accès (mots de passe, etc.) et la façon dont ils peuvent être exigés.46

Ces dispositions extrêmement vagues, pourraient permettre d’enfermer un grand nombre de personnes qui pourraient être par ailleurs tout à fait innocentes de ce qu’on leur reproche, et ce sans aucune condamnation ni procès. Car l’état d’urgence est bien un dispositif dérogatoire au droit commun, qui organise un contrôle radical et disciplinaire des populations. C’est aussi une mise au pas des contestataires de tout type. On constate déjà que l’état d’urgence permet d’anesthésier les luttes en cours, comme par exemple, celle de Notre-Dame-des-Landes, ou en soutien aux migrants…

Grâce au registre tenu par La Quadrature du Net47 on commence seulement à mesurer l’énormité des exactions policières en cours tant sur le plan de l’échelle que sur celui de la gravité des faits.

Entre le 13 novembre et le 15 décembre ont été effectuées 2700 perquisitions administratives dont la majorité visent : musulmans ou supposés tels, affaires de stupéfiants, militants politiques, écologistes… 360 assignations à résidence ont été prononcées. 334 interpellations ont eu lieu débouchant sur 287 gardes-à-vue.

Tout cela pour seulement deux ouvertures d’enquêtes préliminaires par la section antiterroriste du parquet de Paris. 250 000 euros en liquide ont été saisis  dont on se demande bien où ils vont passer.

Étrangement, à notre connaissance, aucun militant d’extrême droite n’a été inquiété par ces mesures, ce qui laisse rêveur quand on sait par exemple que Claude Hermant, l’homme qui a fourni Amedy Coulibaly en armes de guerre, était une tête de l’extrême droite lilloise et un indicateur de la police.48

Lors de ces perquisitions les abus sont nombreux : mise arbitraire des menottes, couvre feux, interdiction de vente d’alcool, interdiction de permanences syndicales étudiantes… Un homme, a été condamné à cinq mois ferme pour avoir raté son pointage. Il se rendait à sa formation à Chambéry. Il déplore : « Si je ne fais pas mes stages, je jette par la fenêtre mes deux années d’études ».49 Un homme qui devait traverser la capitale quatre fois par jour pour pointer, a été placé en garde à vue en arrivant au commissariat avec quarante minutes de retard. Il passait au tribunal à la même heure pour son son « référé liberté » contre son assignation.50 Une fillette a été blessée lors d’une perquisition recevant des éclats de verre et de bois.51 Combien d’histoires similaires sur les 2700 perquisitions menées ?

Au-delà des perquisitions elles-mêmes, on commence également a recenser des violences policières, dont on peut légitimement se demander si elles ne découlent pas de leur récent sentiment de toute puissance et d’impunité. Le 3 Décembre, Babacar Gueye, jeune sénégalais habitant Rennes, est assassiné de 5 balles dont 2 dans le thorax après avoir été tazé. Ses agresseurs assermentés invoquent la légitime défense.52

4 - Interdictions de manifester

Et puis enfin, il y a tout de même les interdictions de manifester, que nous illustrons parfaitement aujourd’hui. Non contents d’avoir été blessés par une bande de fous furieux, les contre-manifestants du 14 ont dû faire face à une série d’attaques symboliques assez détestables. La préfecture a commencé par leur répondre que ce n’était pas des débordements, parce que pour en voir il fallait aller à Notre-Dame-des-Landes. Puis la mairie a sous-entendu qu’ils étaient une bande de provocateurs pour avoir eu l’idée d’organiser une manifestation contre l’extrême droite. Les commerçants locaux ont renchérit en les qualifiant de casseurs potentiels qui ravageraient leur marché de Noël. La presse s’est empressée d’emballer toute cette histoire pour la servir localement. Pressions, fantasmes, tout a été mis en place pour empêcher la tenue de ce rassemblement. Aucune des concessions pourtant nombreuses effectuées pour arriver à un compromis n’ont permis de faire avancer la situation d’un iota.

L’État d’Urgence n’a pas servi à empêcher la tenue d’une ratonnade dans les rues de Pontivy. Il a été employé pour tenter d’empêcher une manifestation revendiquée comme pacifique contre l’extrême droite. Les effectifs policiers que la préfecture annonçait ne pas avoir sous la main pour protéger la manifestation d’éventuels heurts avec l’extrême droite sont finalement bien là. Mais pas pour protéger le rassemblement, pour le surveiller et éventuellement lui nuire.

Et finalement nous sommes bien là et le marché de Noël n’a pas encore pris feu. Nous aurions certes été plus nombreux si l’État ne s’était pas si délibérément opposé à cette initiative. Mais il s’agit déjà d’un grand succès, tout bien considéré.

Nous sommes venus nombreuses et nombreux aujourd’hui parce que nous sommes des antifascistes, parce que nous refusons de laisser de tels événements se produire ou se reproduire. Nous avons ignoré l’interdiction de nous rassembler parce que nous nous opposons à l’extrême droite et que nous entendons le dire sans nous laisser marcher sur les pieds. Que nous ne nous laisserons pas impunément frapper par des nazis, intimider par des élus, menacer par une préfecture, calomnier par la presse et finalement arrêter par la police. Nous avons une conception de la liberté que nous entendons défendre. C’est ce que nous faisons ici aujourd’hui. C’est ce que nous continuerons à faire demain, à Pontivy et dans toute la Bretagne. La première victime de ce rassemblement c’est la peur que les institutions ont tenté de susciter en nous. Travaillons ensemble à ce que les prochaines victimes aient pour noms haine, racisme et fascisme.

  1. « Élections régionales françaises de 2010 », Wikipedia. Voir ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_r%C3%A9gionales_fran%C3%A7aises_de_2010 []
  2. « Élection régionale de 2015 en Bretagne », Wikipedia. Voir ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lection_r%C3%A9gionale_de_2015_en_Bretagne#Front_national_.28FN.29 []
  3. « Élections régionales françaises de 2010 », Wikipedia. Voir ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_r%C3%A9gionales_fran%C3%A7aises_de_2010 []
  4. « Élections régionales françaises de 2015 », Wikipedia. https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_r%C3%A9gionales_fran%C3%A7aises_de_2015 []
  5. Nicolas Enault, « Régionales : le FN triple son nombre d’élus, le PS en perd la moitié par rapport à 2010 »,  FranceTV Info, 13 décembre 2015. À lire en ligne à cette adresse : http://www.francetvinfo.fr/elections/regionales/decouvrez-combien-d-elus-la-gauche-la-droite-et-le-fn-auront-dans-les-regions_1220201.html []
  6. Krystell Veillard, « Une majorité de gauche et des frontistes dans la nouvelle assemblée bretonne », France3 Bretagne, 13 décembre 2015. En ligne ici : http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/une-majorite-de-gauche-et-des-frontistes-dans-la-nouvelle-assemblee-bretonne-881495.html []
  7. « J’apprends que le gouvernement estime que le peuple a « trahi la confiance du régime » et « devra travailler dur pour regagner la confiance des autorités ». Dans ce cas, ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? » Bertolt Brecht, Œuvres, Vol. 23, page 249, L’Arche éditeur, 1999. On voit ici quel retournement politique raciste Camus fait subir à la citation de  Brecht. []
  8. « Programme de Gouvernement Breton  », site d’Adsav. En ligne ici : http://www.adsav.org/programme-adsav.php []
  9. Collectif Antifasciste Rennais, « Adsav-PPB, Jeune Bretagne et Génération Identitaire – Fusions, arnaques et traîtrises à la chaîne : éléments de réflexion sur l’extrême droite en Bretagne », mars 2013, page 22. Consultable ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2013/03/dossier-adsav-ppb-jeune-bretagne-et-generation-identitaire/ []
  10. Ibid., page 20. En ligne ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2013/03/dossier-adsav-ppb-jeune-bretagne-et-generation-identitaire/ []
  11. Ibid., page 20. En ligne à cette adresse : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2013/03/dossier-adsav-ppb-jeune-bretagne-et-generation-identitaire/ []
  12. Communiqué de presse du Collectif Antifasciste Rennais, « Pourquoi nous nous associons à l’appel du Réseau de vigilance. », 24 octobre 2012. En ligne à cette adresse : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2012/10/face-au-mepris-du-systeme-capitaliste-face-a-lextreme-droite-solidarite-internationaliste/ []
  13. Collectif Antifasciste Rennais, « Adsav-PPB, Jeune Bretagne et Génération Identitaire », op. cit., mars 2013, page 29. Consultable ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2013/03/dossier-adsav-ppb-jeune-bretagne-et-generation-identitaire/ []
  14. Ronan Le Gall, « Le 25 Avril, à Vannes, dites non aux dealers ! », blog d’Adsav, 21 avril 2015. À cette adresse : blog.adsav.org/6550/25-avril-vannes-dites-non-dealers/ []
  15. Collectif Antifasciste Rennais, « L’affaire Maryvonne Thamin : quand les fascistes s’en prennent aux squatters », page 6, mai 2015. À cette adresse : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2015/05/dossier-laffaire-maryvonne-thamin-quand-les-fascistes-sen-prennent-aux-squatters/ []
  16. Ronan Le Gall, « Le 10 octobre, tous à Brest pour demander la fermeture de la mosquée salafiste ! », blog d’Adsav, 30 septembre 2015. À lire ici : http://blog.adsav.org/6987/fermeture-mosquee-brest/ []
  17. Sous le pseudonyme de Penn Karn, « 30ème anniversaire de décès : Hommage à Olier Mordrel. », blog d’Adsav, 25 octobre 2015. En ligne ici : http://blog.adsav.org/7165/30me-anniversaire-dcs-hommage-olier-mordrel/ []
  18. Ibid. []
  19. Collectif Antifasciste Rennais, « Les identitaires aux législatives de juin 2012 en Bretagne : 40 pages pour revenir en détail sur les manoeuvres de l’extrême droite. », page 23, mai 2012. En ligne ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2012/05/dossier-les-identitaires-aux-legislatives-de-juin-2012-en-bretagne/ []
  20. Ibid., page 22. En ligne ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2012/05/dossier-les-identitaires-aux-legislatives-de-juin-2012-en-bretagne/ []
  21. Ibid., page 22. En ligne ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2012/05/dossier-les-identitaires-aux-legislatives-de-juin-2012-en-bretagne/ []
  22. Ibid., page 9. En ligne ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2012/05/dossier-les-identitaires-aux-legislatives-de-juin-2012-en-bretagne/ []
  23. Ibid., page 14. En ligne ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2012/05/dossier-les-identitaires-aux-legislatives-de-juin-2012-en-bretagne/ []
  24. Yann Vallerie, « Tribune libre : Montebourg – Pulvar : les arroseurs arrosés », Novopress, 29 février 2012. À lire ici : http://fr.novopress.info/109021/tribune-libre-monteboug-pulvar-les-arroseurs-arroses-par-yann-vallerie/ []
  25. Collectif Antifasciste Rennais, « Adsav-PPB, Jeune Bretagne et Génération Identitaire », op. cit., mars 2013, page 8. Consultable ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2013/03/dossier-adsav-ppb-jeune-bretagne-et-generation-identitaire/ []
  26. Collectif Antifasciste Rennais, « Les identitaires aux législatives de juin 2012 en Bretagne », op. cit., page 15, mai 2012. En ligne ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2012/05/dossier-les-identitaires-aux-legislatives-de-juin-2012-en-bretagne/ []
  27. Page d’accueil du site de Génération Identitaire : https://www.generation-identitaire.com/ []
  28. Communiqué de presse du Bloc Identitaire, « Le Bloc identitaire présente sa « Feuille de route pour la politique d’identité et de remigration », 17 février 2014. En ligne à cette adresse : http://www.bloc-identitaire.com/actualite/3033/bloc-identitaire-presente-feuille-route-politique-identite-et-remigration []
  29. « Philippe Vardon rejoint le Rassemblement bleu Marine », Droite(s) Extrême(s), 1er octobre 2013. Relire ici : http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2013/10/01/philippe-vardon-rejoint-le-rassemblement-bleu-marine/ []
  30. « La composition de la Commission permanente », site de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, 18 décembre 2015. Voir ici : http://www.regionpaca.fr/actualites/detail-actualite/article/la-composition-de-la-commission-permanente.html []
  31. Collectif Antifasciste Rennais, « Les municipales et le Front National – La di…débilosa…sion, la dé-dia-bo-li-sa-tion – bref : les mensonges à l’épreuve des faits », page 20, mars 2014. Lire ici :  http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2014/03/les-municipales-et-le-front-national/ []
  32. Voir le post sur cette action d’ampleur considérable (trois autocollants sur un pont) : « Stickage sur Rennes. ON EST CHEZ NOUS ! », Facebook de Génération Identitaire Rennes, 8 décembre 2015. En ligne ici : https://fr-fr.facebook.com/GenerationIdentitaireRennes []
  33. Collectif Antifasciste Rennais, « L’affaire Maryvonne Thamin », op. cit., mai 2015. Trouvable ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2015/05/dossier-laffaire-maryvonne-thamin-quand-les-fascistes-sen-prennent-aux-squatters/ []
  34. Dernière en date : « Racisme : un blogueur breton condamné à de la prison ferme », Le Monde, 29 mai 2015. En ligne à cette adresse : http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/05/29/racisme-un-blogueur-breton-condamne-a-de-la-prison-ferme_4643451_1653578.html#21lrIKtUeaocoIwt.99 []
  35. Steven Le Roy, « Menaces de mort. Nouvelle plainte contre l’auteur du site « Breiz Atao », Le Télégramme, 1er décembre 2015. Lire ici : www.letelegramme.fr/finistere/brest/menaces-de-mort-nouvelle-plainte-contre-l-auteur-du-site-breiz-atao-01-12-2015-10870480.php []
  36. « A Evry, Manuel Valls veut des «Blancs, des white, des blancos », Libération, 15 juin 2009. Plus d’infos ici : http://www.liberation.fr/france/2009/06/15/a-evry-manuel-valls-veut-des-blancs-des-white-des-blancos_564842 []
  37. Julia Pascual, « L’Etat condamné à agir dans la « jungle » de Calais », Le Monde, 02 novembre 2015. En ligne à cette adresse : http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2015/11/02/la-justice-ordonne-des-amenagements-sanitaires-et-la-collecte-des-ordures-dans-la-jungle-de-calais_4801704_1654200.html []
  38. Communiqué de presse du Collectif Antifasciste Rennais, « Attaques racistes sur un camp de migrants (bis) », 20 août 2015. En ligne ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2015/08/attaques-racistes-sur-un-camp-de-migrants-bis/ []
  39. Communiqué de presse du Collectif Antifasciste Rennais, « Attaque raciste sur un camp de migrants », 3 août 2014. En ligne ici : http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/2014/08/attaque-raciste-sur-un-camp-de-migrants/ []
  40. Amara Makhoul-Yatim, « État d’urgence : la France va déroger à la Convention européenne des droits de l’Homme », France 24, 27 novembre 2015. Lire ici : http://www.france24.com/fr/20151127-france-etat-urgence-droits-homme-cedh-attentats-paris []
  41. Anne-Aël Durand, « Qu’est-ce que l’assignation à résidence ? », Le Monde, 19 novembre 2015. En ligne à cette adresse : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/11/19/qu-est-ce-que-l-assignation-a-residence_4813623_4355770.html []
  42. Xavier Demagny, « Attentats de Paris : Laurent Wauquiez demande l’internement de toutes les personnes fichées pour terrorisme », 14 novembre 2015, France Bleu. Disponible au lien suivant : https://www.francebleu.fr/infos/politique/attentats-de-paris-laurent-wauquiez-demande-l-internement-de-toutes-les-personnes-fichees-pour-terrorisme-1447495534 []
  43. Robin Panfili, « Le gouvernement saisit le Conseil d’État sur la mise en place de centres d’internement préventif », Slate.fr, 09 décembre 2015. En ligne ici : https://www.slate.fr/story/111289/guantanamo-france-terrorisme []
  44. Matthieu Ecoiffier, « A droite et à l’extrême droite, ça dérape », Libération, 14 novembre 2015. Voir : http://www.liberation.fr/france/2015/11/14/a-droite-et-a-l-extreme-droite-ca-derape_1413403 []
  45. « Assignation à résidence des «fichés S» : Hollande s’en remet au Conseil d’État », Le Figaro, 17 novembre 2015. Lire : http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/11/16/25002-20151116ARTFIG00281-assignation-a-residence-des-fiches-s-hollande-s-en-remet-au-conseil-d-etat.php?pagination=2 []
  46. Marc Rees, « Loi sur l’état d’urgence : l’offensive numérique », NextInpact, 19 novembre 2015. En ligne ici : http://www.nextinpact.com/news/97383-loi-sur-etat-durgence-offensive-numerique.htm []
  47. « Recensement des joies (ou pas) de l’état d’urgence en France », La Quadrature du Net. Consultable au lien suivant : https://wiki.laquadrature.net/%C3%89tat_urgence/Recensement []
  48. Benjamin Duthoit, « Trafic d’armes présumé de Claude Hermant : la piste Coulibaly se confirme », La Voix du Nord, 3 mai 2015. Plus d’infos ici : http://www.lavoixdunord.fr/region/trafic-d-armes-presume-de-claude-hermant-la-piste-ia0b0n2806501 []
  49. « Condamné pour non-respect d’une assignation à résidence », Le Figaro, 10 décembre 2015. En ligne ici : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/12/10/97001-20151210FILWWW00261-condamne-pour-non-respect-d-une-assignation-a-residence.php []
  50. Laurent Borredon, « Etat d’urgence : un assigné en garde à vue pour avoir assisté à son référé-liberté », Le Monde, 08 décembre 2015. Lisible ici : http://delinquance.blog.lemonde.fr/2015/12/08/etat-durgence-un-assigne-en-garde-a-vue-pour-avoir-assiste-a-son-refere-liberte/ []
  51. « Une fillette blessée lors d’une descente du Raid à Nice », Nice Matin, 19 novembre 2015.  En ligne à cette adresse : http://archives.nicematin.com/nice/video-une-fillette-blessee-lors-dune-descente-du-raid-a-nice.2401142.html []
  52. Stéphane Grammont, « A Rennes, quartier Maurepas, « Babacar, abattu par les policiers » n’était pas fou », France 3 Bretagne, 12 décembre 2015. Lire ici : http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/rennes/rennes-quartier-maurepas-babacar-abattu-par-les-policiers-n-etait-pas-fou-880483.html []


Les commentaires sont fermés.